Pharmacogénétique : un grand potentiel pour la santé des PME

7 févr. 2018 06:30:00 / par Martin Papillon, FSC, FICA, MBA

Pharmacogenetique-grand-potentiel-sante-pme.jpg

Est-il possible de savoir à l’avance si un médicament sera efficace? Comment savoir si le dosage prescrit par un médecin sera approprié? Est-il possible de connaître l’efficacité d’un traitement autrement que par essai et erreur? La pharmacogénétique répond OUI à ces questions! Poursuivez la lecture pour en apprendre davantage sur le sujet.

Qu’est-ce que la pharmacogénétique?

L’efficacité d’un traitement pharmaceutique dépend de la capacité du corps à métaboliser les molécules qui composent le médicament que vous prenez. La pharmacogénétique consiste à analyser l’ADN d’un patient afin de déterminer à l’avance quel est le meilleur traitement et le dosage le plus approprié pour assurer une efficacité optimale du traitement pour un patient donné.

Comment ça fonctionne?

Par simple prélèvement buccal (un frottis dans la joue), les laboratoires d’analyse d’ADN sont en mesure d’analyser les gènes qui contrôlent l’activation des enzymes responsables de la métabolisation de différents composés chimiques présents dans plusieurs centaines de produits pharmaceutiques. À la lumière de cette analyse, le laboratoire produit, à l’intention du médecin traitant, un rapport qui indique, pour plusieurs catégories thérapeutiques :

  • Les médicaments susceptibles d’être efficace selon la posologie normalement recommandée.
  • Les médicaments qui pourraient fonctionner mais dont le dosage devrait être ajusté pour tenir compte de votre métabolisme particulier.
  • Les médicaments qu’il faudrait carrément éviter et remplacer par un autre traitement, compte tenu de votre profil personnel.

Cette analyse a une grande valeur ajoutée pour la santé du patient! En effet, la prise d’un médicament inefficace engendre des coûts inutiles pour votre régime d’assurance collective et le système de santé, tout en retardant la guérison du patient et en prolongeant son absence du travail. Pire encore, certains patients peuvent avoir une réaction extrêmement défavorable au traitement, ce qui pourrait entraîner une détérioration générale de l’état de santé du patient. Certaines études indiquent même que les réactions négatives au traitement seraient la quatrième cause de décès dans les pays développés!

Est-ce que ça fonctionne pour toutes les conditions médicales?

En théorie, oui. Par contre, cette science est encore jeune et les banques de données nécessaires à la compilation des résultats cliniques sont encore au stade de construction. Néanmoins, il existe plusieurs organismes qui compilent les résultats croisés des analyses génétiques et de l’efficacité des médicaments, notamment le Clinical Pharmacogenetics Implementation Consortium (CPIC), le Dutch Pharmacogenetics Working Group (DPWG) et la Food and Drug Administration américaine (FDA). À l’heure actuelle, il semble que les résultats les plus probants en termes d’optimisation de la thérapie soient obtenus pour les cas de santé mentale, de maladies cardio-vasculaires et de traitement de la douleur.

Les tests génétiques sont-ils tous équivalents en termes de portée et de prix?

Le coût des tests génétiques a énormément diminué ces dernières années. Toutefois, il varie encore substantiellement selon la portée du test que vous désirez obtenir :

  • Le décodage complet de votre génome promet des résultats spectaculaires sur la santé : possibilité d’identifier à l’avance des problèmes héréditaires au niveau cardio-vasculaire, faculté d’intervenir sur ces problèmes par un dépistage hâtif, une intervention chirurgicale ou même une réparation génomique… les possibilités futures sont illimitées toutefois, il est peu probable que votre médecin généraliste puisse prendre quelque action vraiment concrète à l’heure actuelle avec un test aussi approfondi. Il vous en coûtera plusieurs milliers de dollars.
  • D’autres tests moins complexes, qu’on appelle tests de prédisposition génétique, sont également offerts par un nombre grandissant de laboratoires médicaux : ceux-ci permettent de découvrir si vous êtes à risque de développer certaines conditions médicales précises, tel que le cancer du sein, la maladie d’Alzheimer ou la sclérose en plaques. Dans certains cas, le test rassurera le patient à l’effet qu’il n’a pas hérité d’une condition particulière dont souffrait l’un de ces ancêtres. Dans d’autres cas, le test confirmera que le patient a hérité d’un gêne qui le prédispose à une maladie particulière, il pourra alors prévoir des examens périodiques approfondis pour s’assurer qu’il ne développe pas la condition ou s’il la développe, qu’elle soit prise en charge hâtivement.

Toutefois, la pharmacogénétique ne vise pas à décoder la totalité de votre génome ni même d’identifier vos conditions à risque, mais simplement de décoder les gènes qui contrôlent les enzymes responsables de la métabolisation de certains composés. Ces tests sont de plus en plus abordables et leur coût est comparable à celui des tests standards de dépistage, tels que les prises de sang.

Ces frais sont-ils couverts par votre régime d’assurance collective?

À l’heure actuelle, la plupart des régimes d’assurance collective ne couvrent pas les tests pharmacogénétiques (tout comme le régime public d’assurance médicament). Toutefois, les participants qui bénéficient d’un compte gestion santé pourraient l’utiliser pour en assumer le coût, en tout ou en partie.

On peut penser toutefois que la situation pourrait évoluer rapidement. Si la pharmacogénétique livre effectivement sa promesse d’améliorer la santé des assurés en les dirigeant dès le début du traitement vers le bon médicament et la bonne dose, il ne fait pas de doute qu’elle deviendra un incontournable dans les régimes privés de soins de santé.

N’hésitez surtout pas à contacter un des conseillers AGA afin d’en connaître davantage à ce sujet!

comptes-majeurs

À propos de l'auteur Martin Papillon, FSC, FICA, MBA

Martin Papillon, FSC, FICA, MBA
PDG, AGA assurances collectives | Martin Papillon est fellow de l’Institut canadien des actuaires et détient un MBA de l’École des HEC Montréal. Il a travaillé pendant plusieurs années dans le secteur de l’assurance et des rentes collectives et a dirigé, entre autres mandats, la pratique nationale d’assurance collective pour Aon Hewitt.

Laissez un commentaire!